flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Entretien
Éléonore Pano-Zavaroni [tous les titres]
ESAAA [tous les titres]
Éléonore Pano-Zavaroni Entretien
Edité par Stéphane Sauzedde.
Textes de Virginie Bobin, Martial Deflacieux, Éléonore Pano-Zavaroni, Stéphane Sauzedde.

Conception graphique : Jérémy Glâtre.
paru en octobre 2017
édition bilingue (français / anglais)
18 x 26 cm (broché, couv. à rabats)
20 pages
10.00 €
en stock
 
Publication retranscrivant une rencontre entre Virginie Bobin (responsable de la Villa Vassilieff à Paris) et Martial Deflacieux (directeur d'Artistes en résidence à Clermont-Ferrand) à l'invitation de l'artiste Éléonore Pano-Zavaroni et de l'historien de l'art Stéphane Sauzedde. Par un jeu de délégation, les deux invités s'entretiennent du travail des deux invitants, créant ainsi un dispositif discursif à la fois étrange et vivant.
Ce livre n'est pas vraiment un livre sur le travail d'Éléonore Pano-Zavaroni, et pourtant on peut difficilement dire qu'il porte sur autre chose. Deux personnes se rencontrent (Virginie Bobin et Martial Deflacieux, respectivement responsable de la Villa Vassilieff, à Paris, et d'Artistes en résidence, à Clermont-Ferrand) pour échanger à l'invitation de l'artiste et de Stéphane Sauzedde (historien et critique d'art avec qui elle a travaillé ces dernières années). A priori l'échange a donc à voir avec le travail d'Éléonore Pano-Zavaroni, mais ni Virginie ni Martial ne connaîssent réellement le travail en question. Et ils se retrouvent à se parler, par délégation, Virginie de Stéphane, Martial d'Éléonore, en n'ayant en tête que quelques indices, noms ou images, entre autres distribués sur le site web de l'artiste.
Martial et Virginie se rencontrent donc avec l'impression d'ouvrir la boite d'un puzzle à reconstituer – avec la bizarrerie d'être eux-mêmes des pièces du puzzle, puisque c'est bien Éléonore qui a décidé du jeu : déplacer la rencontre avec Stéphane, déléguer les échanges. Sans cette délégation, la discussion aurait pu constituer un numéro d'Idoine, le magazine d'entretien apériodique que l'artiste a initié dans le cadre de son DSRA à Annecy (idoine-edition.com). Magazine qui réfléchit, précisément, aux outils et aux dispositifs inventés par et pour des artistes. Mais Éléonore aime trop les glissades, les virages et les pas de côté et elle a préféré inviter le graphiste Jérémy Glâtre, autre complice régulier, pour qu'il fabrique un objet différent. Ou plutôt un objet autre. Car « quoi que tu fasses, dit-elle chaque fois qu'elle en a l'occasion, paraphrasant Filliou, fais le autrement ».
Cet ouvrage Entretien est donc un drôle d'objet. Osmotique des dizaines de formes qui apparaissent dans l'entourage d'Éléonore Pano-Zavaroni (architectures, images, courriers, véhicules, nourriture, discours, boissons, vêtements…), il est lui aussi le résultat d'un processus à fort coefficient d'étrangeté. Et comme ces autres pièces, il est né d'une action dont le but est de soutenir une situation vraiment vivante – soit, pour cette artiste, une situation désirante et franche, joyeuse et douce, mais aussi tordue et nerveuse, et qui, plutôt que produire du capital ou du stock, libère des dynamiques.
Née en 1988 à Romans-sur-Isère, Éléonore Pano-Zavaroni vit et travaille à Lyon.