flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Je suis né homme-putain – Écrits et dessins inédits
Pierre Molinier [tous les titres]
Kamel Mennour [tous les titres]
Pierre Molinier Je suis né homme-putain Écrits et dessins inédits
Edité par Jean-Luc Mercié.
Textes de Jean-Luc Mercié, Pierre Molinier.

Publié avec Biro éditeur.
paru en 2005
édition française
17,5 x 25 cm (relié)
168 pages (ill. n&b)
38.00 €
ISBN : 978-2-914171-21-2
EAN : 9782914171212
en stock
 
Un autoportrait du maître de l'autoérotisme à travers ses écrits (poèmes, projets de lettres, notes diverses, carnets intimes) et ses dessins inédits, avec une soixantaine d'illustrations.
Pierre Molinier n'a quasiment rien publié de son vivant, et aujourd'hui encore, rares sont les ouvrages disponibles sur ce maître de l'autoérotisme dont l'univers n'a rien perdu de cette troublante force saluée par Breton. On en connaît les photomontages vénéneux, entremêlements inextricables de corps et de membres, autoportraits grimés et travestis ; on peut désormais découvrir les écrits inédits de l'artiste.
Jean-Luc Mercié, président du Comité Molinier, s'est attaché à remettre en ordre et déchiffrer ces nombreuses notes griffonnées, parcellaires, mais qui sont autant de traces directes d'une pensée libertaire, iconoclaste et profondément tourmentée dont le point d'orgue fut ce que Molinier appelait le « crime de (lui)-même », son suicide d'une balle dans la bouche. Ce volume est consacré à ses poèmes, projets de lettres, notes diverses, carnets intimes, ainsi que ses dessins. « Loin des textes autorisés et des déclarations orientées, on y découvre pour la première fois, avec une sorte de soulagement, Molinier tel qu'en lui-même, seul, dégrisé et dégrimé », résume l'auteur. La parole directe de Molinier surgit de petits textes épars où il parle de lui, de son art, de ses goûts et dégoûts érotiques, artistiques ou politiques, où il s'adresse à ses amis, ses critiques et ses maîtresses. A travers tous ces mots se reconstitue le puzzle d'une vie dédiée à un érotisme radical et subversif, où les fantasmes se taillent une place centrale, jusqu'à détrôner la vérité. Jean-Luc Mercié en suggère le mécanisme en introduction : les tabous ultimes (nécrophilie, inceste) revendiqués par un Molinier superbement provocateur ne témoignent-ils pas surtout d'une démarche artistique appliquée à sa vie même ? Molinier mentait, « enjolivait » (si l'on peut dire) sa vie, dont il fit son œuvre ultime jusqu'au « final cut ».
Une soixantaine d'illustrations, quelques photos mais surtout des dessins inédits viennent compléter cet autoportrait.
Né en 1900 à Agen, Pierre Molinier, peintre et photographe surréaliste, précurseur de l'art corporel, s'est suicidé en 1976 à Bordeaux après avoir conçu une œuvre radicale et pornographique.