flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Henni Alftan [tous les titres]
Is-Land [tous les titres]
Henni Alftan <!---->
Textes de Julie Crenn et Marja-Terttu Kivirinta.

Conception graphique : Dune Lunel Studio.
paru en septembre 2019
édition bilingue (français / anglais)
16 x 23 cm (broché)
128 pages (ill.)
22.00 €
ISBN : 979-10-97544-05-8
EAN : 9791097544058
en stock
 
La première monographie de la peintre franco-finlandaise Henni Alftan permet de voir réunie une large sélection de ses dernières œuvres. Elles sont introduites par les textes de Julie Crenn et Marja-Terttu Kivirinta qui resituent son travail dans le champ de la peinture contemporaine, et reviennent sur son intérêt pour le regard, le déboublement, la composition des plans cinématographiques, et le trouble qui naît lorsqu'une vision s'aiguise jusqu'à devenir trop précise.
Née en 1979 à Helsinki, Henni Alftan vit et travaille à Paris. Son travail a été montré dans le cadre d'expositions personnelles à Studiolo, Milan (2019), Z Gallery Arts, Vancouver (2017), et à Helsinki, à la tm-galleria (2018), à la Galleria Sculptor (2016) et au Forum Box (2015). Son travail a aussi été présenté récemment dans plusieurs expositions collectives : à la galerie Kama, New York (2019), au Kuntsi Museum of Modern Art, Vaasa (2018) et au musée des Beaux-Arts de Brest (2017).

« Je peins des images. Ces images sont la conséquence de mes observations du monde visible et de ses représentations. Les petites perceptions du quotidien vont se mêler aux réflexions sur le regard, la peinture et la construction de l'image : le motif de mes œuvres et aussi la peinture elle-même, son histoire, ses qualités physiques, l'objet tableau. Souvent, peinture et image s'imitent.
En peinture, nous pouvons voir comment une image apparaît, car nous avons une tendance naturelle à voir des choses dans la moindre tache ou quelques touches de pinceau. Notre regard cherche sans cesse à interpréter, à donner du sens à ce qu'il perçoit. À quel moment commence ou s'arrête la ressemblance ? J'aimerais voir l'instant où la peinture commence à faire référence, à ressembler à autre chose qu'à elle-même. C'est pourquoi je cherche à donner seulement la quantité nécessaire d'éléments, d'indices. (Ce que vous pensez voir est souvent à l'abri des regards.) Il n'y a pas de photos sur les murs de mon atelier. Je préfère observer et déduire. Je regarde les gens, le monde et ses représentations, peint et autres. Mes peintures sont des constructions de lignes, de couleurs et de proportions. La façon de peindre est prédéterminée dans le croquis, le plan. Mais mes images ne sont pas nouvelles. Je ne les ai pas vraiment inventées. C'est comme si elles étaient déjà là. »