flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Forests, Gardens and Joe’s
Amy O’Neill [tous les titres]
Centre culturel suisse Paris [tous les titres]
Amy O’Neill Forests, Gardens and Joe’s
Edité par Amy O'Neill.
Texte de Bob Nickas.

Conception graphique : Jason Fulford.

Publié avec J&L Books, New York.
paru en juillet 2011
édition bilingue (français / anglais)
25 x 25 cm (relié, couv. toilée sous bandeau)
112 pages (ill. coul. et n&b)
20.00 €
ISBN : 978-0-9829642-3-1
EAN : 9780982964231
en stock
 
Nouvelle monographie / livre d'artiste : Amy O'Neill juxtapose différentes séries d'œuvres récentes (dessins, sculptures, vidéos et installations) pour proposer une balade dans le décor folklorique, kitsh et suranné d'une Amérique profonde où se jouent les questions des relations entre culture populaire, identité et mémoire au cœur du travail de l'artiste américano-suisse. Avec un texte inédit de Bob Nickas.
Amy O'Neill présente dans ce livre d'artiste plusieurs œuvres, en majorité inédites, qui traitent de culture populaire et d'interrogations identitaires. Une installation, des sculptures et des dessins composent le corpus Victory Gardens, où les bandes du drapeau américain sont interprétées à la fois comme des tranchées ou, selon le point de vue, comme un jardin potager. La vidéo Forest Park, Forest Zoo, accompagnée de sculptures, se concentre sur l'architecture vernaculaire de Pennsylvanie, terre natale de l'artiste. La vidéo Joe's Bar s'immisce dans les arrières salles d'un bar, hantées par une collection délirante d'animaux naturalisés. La fantaisie esthétique et l'ironie mordante d'Amy O'Neill se retrouvent aussi dans une série de dessins consacrés aux chalets suisses.
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme au Centre culturel suisse, Paris, de mai à juillet 2011.
Amy O'Neill (née en 1971 à Beaver, Etats-Unis, vit et travaille à Genève et à Brooklyn) exploite à travers ses travaux les bizarreries de sa culture d'origine et de sa Suisse d'adoption et reproduit des situations et des objets du folklore local pour en faire apparaître l'inquiétante étrangeté, reconstruisant le « réel » sous forme de décor. Un travail subtil qui propose, avec une approche à la fois ironique et désenchantée, une exploration critique des relations entre culture populaire, contexte social, mémoire collective et construction identitaire, telles qu'elles apparaissent cristallisées dans des formes ou des objets spécifiques.