flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Void n° 01
Roberto Cuoghi [tous les titres]
Le Dictateur Press [tous les titres] Livres & éditions d'artistes / catalogues [tous les titres]
Roberto Cuoghi Void
Edité par Federico Pepe.
paru en 2010
sans texte
24 x 32,5 cm (relié, dos toilé, sous enveloppe noire scellée)
72 pages noires perforées (2 ill. coul.)
55.00 €
ISBN : 978-2-84066-395-9
EAN : 9782840663959
en stock
(derniers exemplaires
disponibles !)
 
Une sculpture éditoriale.
Roberto Cuoghi inaugure le projet Void. L'artiste a proposé un dyptique : Untitled, 2009, inséré au milieu des pages noires perforées. Un vide (un ovale découpé dans chaque page) évolue et forme une spirale qui conduit au centre du livre, où l'œuvre de Cuoghi apparaît.
Sous la forme d'une « sculpture éditoriale » qui repousse les frontières de l'objet livre et du livre d'artiste, le nouveau projet à la fois radical, minimaliste et très spectaculaire conçu par Federico Pepe (Le Dictateur) propose une exploration vertigineuse du vide au travers d'un dispositif de pages perforées qui laisse apparaître une œuvre unique d'un seul artiste invité à chaque numéro.

Edition limitée à 300 exemplaires, numérotés à la main.
Grâce à un éventail de supports non conventionnels, Roberto Cuoghi (né en 1973 à Modène, vit et travaille à Milan) explore les idées de la métamorphose, de l'hybridité et de la violence. Il questionne l'identité, l'autorité, l'origine et l'originalité, entre fiction et réalité.
Dans le passé, il s'est attaché à différentes techniques comme la peinture, le dessin, la sculpture et l'animation pour faire face aux défis de l'auto-représentation et de la transformation physique et psychologique. En 1998, alors qu'il n'avait que 25 ans, il s'est littéralement transformé en un vieil homme beaucoup plus âgé, son père, dans la manière de se vêtir, de se comporter mais aussi de s'alimenter pour finalement ressembler à un homme d'une soixantaine d'années, barbe blanche et forte corpulence. Probablement son projet le plus légendaire.
En 2008 et ce durant deux ans, Roberto Cuoghi se mit à étudier de façon passionnelle voire obsessionnelle les langues et rituels assyriens puis il édifia une reproduction gigantesque d'une amulette assyro-babylonienne emblématique du démon / dieu Pazuzu, conservée au musée du Louvre. Pazuzu est une divinité assyrienne d'environ 612 avant notre ère, démon du vent tant craint qu'adulé ; « Evil drives evil away » (Le mal chasse le mal). L'artiste a mené de nombreuses recherches sur ce démon : son identité, ses multiples facettes et ses multiples représentations.
Les œuvres de Roberto Cuoghi ont été présentées lors d'expositions personnelles au Hammer Museum à Los Angeles en 2011 et au Centre International d'Art et du Paysage de l'île de Vassivière à Baumont du Lac en 2007. Son travail a également été inclus dans un certain nombre de grandes expositions collectives internationales comme lors de la 53e et 55e Biennale de Venise (Belinda, 2013), de la Biennale de Gwangju de Corée du Sud en 2010, « Italique : l'art italien entre tradition et révolution, 1968–2008 » au Palazzo Grassi à Venise, au Musée d'Art Contemporain de Chicago, dans « After Nature » du New Museum de New York en 2008, etc.
Roberto Cuoghi représente l'Italie à la 57e Biennale de Venise en 2017.