flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Hello Spirale ! – Interviews
Francis Baudevin [tous les titres]
JRP|Editions [tous les titres] Hapax (poche) [tous les titres]
Francis Baudevin Hello Spirale ! Interviews
Edité par Valérie Mavridorakis.
paru en 2008
édition anglaise
11,5 x 16,5 cm (broché)
80 pages (8 ill. coul. et 3 ill. n&b)
10.00 €
ISBN : 978-3-905829-69-3
EAN : 9783905829693
en stock
 
Si l’on connaît surtout Francis Baudevin pour son travail pictural de ré-appropriation des insignes graphiques du modernisme, cet ouvrage le révèle également collectionneur et fin connaisseur de musique.
A travers un long entretien avec Valérie Mavridorakis, l’artiste fournit ici analyses, références ou interprétations sur la musique contemporaine, du rock à l’expérimental. Ses propos rappellent que la scène artistique, depuis les années 60, a tissé des liens féconds avec les cercles musicaux. Et que ces échanges, collaborations et transferts plaident en la faveur d’une histoire de l’art élargie et transdisciplinaire – une histoire culturelle qui reste à écrire et dont ce livre dessine quelques-uns des singuliers contours.
Valérie Mavridorakis est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université Rennes 2 – Haute Bretagne, et a notamment édité (avec Christophe Cherix) les écrits de Mel Bochner en français.

Egalement disponible en édition française.
Francis Baudevin (né en 1964, vit et travaille à Lausanne) réalise des peintures à partir de compositions trouvées et agrandies. Principalement issues du champ du « packaging » pharmaceutique, mais également de couvertures de disques et de logos, ses motifs sont « abstraits » de leur contexte (toute inscription est supprimée) et transposés dans la technique et la méthode de la peinture (acrylique déposée au pinceau sur toile préparée).
Baudevin connaît bien entendu parfaitement l'histoire du graphisme et de l'abstraction géométrique, histoires qui sont entrelacées à bien des égards. En Suisse, des peintres abstraits tels que Max Bill et Richard Paul Lohse eurent à travailler dans le graphisme par nécessité – comme cela a d'ailleurs été le cas pour l'artiste également. En basant sa peinture sur le design d'emballage et la conception de logos, il reprend ou se réapproprie au fond l'histoire qui a influencé son homologue commercial. « Je préfère participer à la relance de l'abstraction moderniste », dit l'artiste, « plutôt que [de] commenter l'observation de l'épuisement des formes et des concepts. Je ne suis pas du tout résigné – au contraire, j'éprouve une réelle empathie envers le projet culturel de la modernité. » Olivier Mosset, écrivant sur Baudevin en 2000, fait remarquer ce qui suit : « Il neutralise le poids idéaliste qui est parfois porté par l'art abstrait, en rendant sa méthode claire. Il n'y a là aucun mystère, seulement une preuve simple : un travail non illustratif qui met en lumière à la fois une situation commerciale et la notion d'art abstrait. » « Un jour, conclut Bob Nickas, les peintures de Francis Baudevin devront porter le type d'avertissements et de recommandations d'utilisation que comportent les originaux : « peut provoquer une sensation de vertige » et « jouer à volume élevé ».
Francis Baudevin collabore régulièrement au magazine Vibrations et anime un programme musical sur la radio basic.ch (www.basic.ch).