flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Michael Cline
 
Dans un style figuratif faussement naïf, rappelant à la fois George Grosz, Pierre Klossowski, Otto Dix et Diego Rivera, au service d'un discours critique, Michael Cline (né en 1973 à Cap Canaveral, vit et travaille à New York) peint des scènes d'intérieur et de rue. Des uniformes (d'écolier, de policier, de personnages, travailleurs ou mendiants, portant l'habit de leur condition sociale) y côtoient des nus, dont l'érotisme est immédiatement neutralisé par un « réalisme social » en même temps que par la mise en scène étrange ou sinistre de situations du quotidien, dans lesquelles se côtoient le rêve, l'horreur et la banalité. Cline dresse le portrait d'une Amérique contemporaine marquée par ses mythes fondateurs, ses utopies sans cesse renouvelées, ses paradoxes, ses angoisses et ses obsessions (la foi religieuse et le désespoir social, l'individu, la communauté et Dieu, le sexe, la violence et la morale, etc.).
 

 
2009
édition anglaise
JRP|Editions – Premières monographies
Première monographie de l'artiste figuratif new-yorkais : un style faussement naïf au service d'un discours critique, le portrait d'une Amérique contemporaine marquée par ses mythes, ses utopies, ses paradoxes et ses obsessions, entre rêve, horreur et banalité du quotidien.